12369000_10154100076696992_7055059639220770968_n

Les blogueurs 2015

Lisa Chalvet

Lisa ChalvetJ’ai 25 ans et après une double licence franco-allemande en communication et culture des médias européens, je suis diplômée de l’Institut d’études politiques et spécialisée en stratégies des échanges culturels internationaux. À ce titre, j’aimerais pouvoir un jour contribuer au rayonnement de la France à l’étranger.

Mon lien à l’Allemagne débuta au collège et ne cessa de se renforcer au cours des voyages ; à travers les échanges scolaires, une participation au programme Brigitte Sauzay dispensé par l’OFAJ, un cycle d’études universitaires à Weimar, des stages dans les villes de Kiel et Berlin, et la rencontre d’êtres chers aux quatre coins du pays.

J’ai toujours eu un intérêt marqué pour le cinéma, ce qui s’est notamment traduit par ma participation active à plusieurs festivals de films. Férue de cinéma Art et Essai, j’aime étudier l’objet cinéma comme un bien culturel. J’aime le cinéma parce qu’il ne s’inscrit pas dans la norme, il refuse ce qui est univoque, il se nourrit des réactions qu’il suscite et il constitue surtout un lieu d’échanges et de confrontations de points de vue. Il permet un dialogue renforcé avec les cultures étrangères et nous donne à penser le monde de plusieurs façons. Beaucoup de films allemands ont marqué ma passion de cinéphile : Der Himmel über Berlin de Wim Wenders, Liebe ist kälter als der Tod de Rainer Werner Fassbinder, Auf der anderen Seite de Fatih Akin, der Baader-Meinhof Komplex d’Andreas Dresen, Clara d’Helma Sanders Brahms, ou encore Hannah Arendt de Margarette von Trotta.

Coline Crance

Coline CranceJ’ai étudié en classes préparatoires littéraires puis j’ai continué mon parcours universitaire en soutenant un Master 2 d’Histoire Contemporaine à la Sorbonne. Après la Faculté, j’ai intégré la FEMIS dans la filière distribution dont je suis sortie diplômée cette année. Je suis actuellement en recherche d’un emploi, j’ai 26 ans.

J’ai déjà beaucoup voyagé en Allemagne dans le cadre de vacances, d’échanges ou encore en participant à des événements organisés par l’Office franco allemand pour la Jeunesse.

Je suis cinéphile depuis mon plus jeune âge. Ma cinéphilie s’est éduquée au départ par les cinéastes de la Nouvelle vague, mais très vite mes préférences se sont affirmées dans le cinéma d’Europe de l’Est : Tarkovski, Kieslowski, Wajda, Svankmajer…

Le cinéma allemand est un cinéma qui m’a fasciné jeune pour la découverte de ses indémodables grands maîtres tels que Fritz Lang ou encore Friedrich Wilhelm Murnau, mais aussi pour des personnalités tel que Rainer Werner Fassbinder pour l’insolente liberté de sa vie et de son œuvre.

Je connais et je suis attentivement les cinéastes français par mes expériences de critique et au sein de sociétés de distribution. La Französische Filmwoche me permettra d’échanger sur les films et d’observer la différence de perception et de réception d’un pays à l’autre.

Inès Kassubeck

Inès KassubeckJ’ai 23 ans et vis à Berlin depuis bientôt un an. Je suis assistante commerciale/marketing dans une start-up spécialisée dans la communication des distributeurs automobiles.

J’ai repris depuis peu mes études à l’Université de Potsdam en faisant un master de Fremdsprachenlinguistik Deutsch als Fremdsprache / Sprache in Erwerb und Kommunikation.

Depuis mes 16 ans, j’ai un contact régulier avec l’Allemagne, par mes expériences de séjours linguistiques ou universitaires. Progressivement, j’ai renforcé mes connaissances culturelles et linguistiques de la langue de Goethe.

Après ma licence de LLCE allemand, j’ai décidé de m’installer à Berlin. Une année consacrée à développer mes activités journalistiques et professionnelles : participation à l’édition 2015 de la Berlinale en tant que journaliste d’un magazine online, Black Movies Entertainment spécialisé dans la culture afro-caribéenne, en m’intéressant au programme panorama et membre de la radio associative franco-allemande « Muckefunk ».

Mon rapport avec le cinéma est assez improbable ! Cette passion a débuté lors d’un cours d’allemand au lycée traitant sur l’histoire du film allemand des années 1920-1930. Fritz Lang, Josef von Sternberg ou encore Friedrich Wilhelm Murnau m’ont montré un autre visage du cinéma : comment raconter une histoire par l’image. Je n’ai pas un réalisateur en particulier que j’aime. Après mon stage au sein de la Maison du film Court à Paris, j’ai appris à apprécier autant un film auto-produit qu’un film grand public.

Pauline Robert

Pauline RobertJ’ai 26 ans et toute ma scolarité j’ai suivi un parcours d’enseignement bilingue en allemand qui m’a mené à obtenir un ABIBAC, à continuer par des études de langues à l’Université de Strasbourg puis enfin un master, anglophone cette fois, en école de commerce. Depuis 2013, je travaille comme rédactrice et traductrice indépendante pour toutes sortes de supports. Parallèlement, je tiens un blog de critiques cinéma Perle ou Navet qui fêtera bientôt son troisième anniversaire. Le cinéma a toujours fait partie de mes intérêts principaux. J’ai grandi avec Romy Schneider, De Funès et Meryl Streep. J’aime la maîtrise des dialogues de Tarantino, le cinéma léger de Remi Bezançon, les actrices puissantes comme Kate Winslet ou Nina Hoss, les contes moraux de Woody Allen et toute la carrière de DiCaprio. Cette passion a souvent été en lien avec l’Allemagne. Je me rends presque tous les ans à la Berlinale, j’ai été stagiaire au Museum für Film und Fernsehen et en février 2015 j’ai eu la chance de faire partie du jury franco-allemand Dialogue en Perspective lors de la 65ème Berlinale.

De part ce lien naturel entre mon intérêt pour le cinéma et ma deuxième langue de toujours, j’aimerais construire plus de parallèles entre les deux cultures cinématographiques, que les nouveaux films des deux pays traversent le Rhin plus souvent. J’aimerais pouvoir montrer aux français que le cinéma allemand d’aujourd’hui est jeune et créatif, qu’il est maintenant capable de parler d’autres thématiques que la RDA ou l’holocauste.

Marie Adloff

Marie Adloff
J’ai 18 ans et je fréquente la 11 Klasse de l’école international de Rostock. En parallèle de mon bac, j’effectue une formation de secrétaire bilingue et ai la possibilité de réaliser un stage de 3 mois à l’étranger – j’espère en France !!

De 2013 à 2014, j’ai participé au programme Voltaire et ai pu passer un semestre dans un Lycée à Besançon. Je me suis fait de nombreux amis en France tout en améliorant mes connaissances de la langue française. Depuis je lis volontiers des livres en français et regarde des films en version originale française.

Actuellement, mon film français préféré est « les Choristes », car c’est un film qui rend heureux. J’aime aussi le film “Les intouchables” car il illustre pour moi le charme typiquement français avec Omar Sy qui est mon acteur préféré. J’aime aussi les films avec Gérard Depardieu car c’est un acteur très talentueux.

Le cinéma français me séduit par sa façon de présenter un sujet en faisant appel à nos émotions. J’aime aussi beaucoup l’humour français. J’attends avec impatience de découvrir les films programmés à la Semaine française du film de Berlin !

Malte Bossen

Malte Bossen
C’est dans un petit village du nom de Leck en Frise du Nord dans le Nord de l’Allemagne que j’ai passé ces 20 dernières années ! Je vis actuellement à Berlin.

Après avoir réussi mon bac en juin 2015 et avant de faire des études, je m’accorde une année de transition à Berlin où j’effectue un volontariat dans le domaine de l’écologie à Attac, organisation internationale impliquée dans le mouvement altermondialiste qui combat la mondialisation libérale.

J’ai participé au programme Brigitte Sauzay en France lorsque j’étais en 10 Klasse. Après une courte phase d’adaptation, je me suis très bien acclimaté à Montgeron, une ville située au sud de Paris. Durant ce temps, j’ai beaucoup appris et ai amélioré mes connaissances en langue française.

En 2012, j’ai eu la possibilité de participer à un échange franco-allemand de 10 jours avec ma classe. Je ne pouvais refuser une telle opportunité et c’est avec enthousiasme que je me suis rendu à Feurs (Rhône-Alpes). A travers ces deux séjours à l’étranger, je me suis mis à aimer la France et les autres cultures.

Ouvert aux autres cultures, je m’intéresse aussi au cinéma et aux vidéos que je regarde durant mes temps libres. A titre d’exemples, le travail de Casey Neistat, réalisateur et producteur américain, me fascine particulièrement. J’apprécie la diversité et la possibilité d’exprimer ses pensées grâce à cette forme d’expression artistique. Je suis également fasciné par la production d’un film. J’essaie moi aussi de réaliser des vidéos, qui doivent encore être améliorées.

Je suis très heureux de participer à la Semaine française du Film et suis impatient de découvrir ce qui m’attend !

Lea Frauenknecht

Lea Frauenknecht
A 18 ans, je souhaitais réaliser un projet après mon bac et en raison de ma passion pour la mer, j’ai posé mes valises à Kiel où j’effectue un service civil d’un an au sein du secteur culturel de l’Institut Français.

A l’issue d’un échange scolaire à Aix-les-Bains en 201, j’ai eu la possibilité en hiver dernier de participer à un projet franco-allemand à Mirande/Toulouse dans un groupe de travail qui portait sur le thème “culture e(s)t pouvoir”.

Je m’enthousiasme pour des formats de films alternatifs qui rassemblent autour de l’image, du son et du contenu, une œuvre globale, sans pour autant tout miser sur le sensationnel comme les blockbusters. A titre d’exemple, le film « le fabuleux destin d’Amélie » est un film qui marque de son empreinte le cinéma français grâce à sa créativité et à son goût du détail ! Ce que j’attends du cinéma, ce n’est pas simplement le spectacle d’un feu multicolore d’actions ou d’histoires qui ont déjà été projetées des centaines de fois mais j’attends surtout que les films m’incitent à réfléchir pendant la séance mais aussi à la fin du générique.

Le cinéma français évoque pour moi des longs métrages qui illustrent à la fois la joie de vivre et la mélancolie avec beaucoup de créativité et un grain de folie. Le cinéma allemand en revanche me paraît moins accessible : il s’agit de « Tatort », de films historiques ou de comédies allemandes comme « Fuck ju Göthe » de Bora Dagtekin! Je souhaiterais à l’avenir que les coproductions franco-allemandes soient renforcées et représentent plus la diversité.

Lea Sauer

Lea Sauer
J’ai 28 ans et ai terminé mes études de professorat en français, en allemand et en art à Siegen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Pendant mes études, j’ai participé au programme Erasmus en Guadeloupe et ai travaillé comme journaliste à Paris. Même si je souhaite toujours devenir professeur, mon intérêt porte avant tout sur les histoires insolites. C’est la raison pour laquelle j’étudie actuellement l’écriture créative à l’Institut allemand de littérature de Leipzig.

C’est parce que j’aime les histoires que j’aime aussi le cinéma! Particulièrement lorsqu’elles sont un peu sombres et mélancoliques comme par exemple dans les films de Michael Haneke, Paul Thomas Anderson ou de Lars von Trier. J’aime aussi beaucoup Xavier Dolan car il a son style propre et créatif. Un style spécifique et bien à lui, c’est ce que j’aime !

Pour cette raison, j’associe le cinéma français à des films classiques comme La piscine de Jacques Deray ou Jules et Jim de François Truffaut. Pour moi, ce sont des films d’ambiance qui sont aussi esthétiques. Je suis certes conservatrice. Je me replonge volontiers dans le bon vieux temps de la Nouvelle Vague. Ces films prouvent l’exigence artistique de réalisateurs qui ont eu le courage de révolutionner le cinéma. Et aujourd’hui ? je regrette ce manque de prise de risque chez les réalisateurs actuels ! également dans le cinéma allemand malgré Victoria de Sebastian Schipper. Magnifique, courageux et complètement hype. Je trouverais super de faire de belles découvertes dans la programmation de la Semaine française du Film. Je suis en tout cas très impatiente de vivre cette aventure !

Share with your friends









Submit