sff-2016

Les blogueurs 2016

Anaïs Lonkeu

lonkeuJ’ai 20 ans et après deux années de BTS en Audiovisuel à Cannes, je suis actuellement en licence d’études cinématographiques à Paris. Parallèlement à mes études, je participe cette année aux ateliers Egalité des Chances à la FEMIS, dans le but de l’intégrer à la rentrée 2017. Je nourris une passion pour le cinéma depuis ma plus tendre enfance, c’est ce qui m’a poussé à faire des études dans ce domaine car je souhaite devenir productrice.
J’ai eu la chance en 2015 de travailler au Short Film Corner du Festival de Cannes et en 2016 de travailler sur la Cérémonie d’Ouverture également du Festival de Cannes. Ces deux expériences ont été pour moi l’occasion de découvrir ce milieu qui me passionne tant. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir discuter, échanger et surtout apprendre avec des professionnels du cinéma du mon entier.
Les réalisateurs français que j’admire le plus en ce moment sont Jalil Lespert et Christophe Barratier, car je trouve que tous les deux ont une esthétique et un traitement du film bien à eux. J’aime beaucoup les films de genre et tous deux sont très bons dans ce domaine. Ils ne cherchent pas à imiter les autres mais à créer un univers qui leur est propre et surtout qui est très représentatif de la France.
Ayant vécu les 17 premières années de ma vie à Strasbourg, carrefour entre la France et l’Allemagne, c’est pour moi un grand honneur de participer à cette semaine qui met à l’honneur le talent cinématographique français de l’autre côté du Rhin. J’ai donc très hâte de découvrir ce que cette semaine nous réserve !

Anastasia Bauer

bauerJ’ai 23 ans, je suis passionnée de cinéma et très francophile. C’est pourquoi j’ai décidé d’aller en France en tant que jeune fille au pair après le bac. La culture française et surtout la langue et le cinéma français m’ont fascinée.

Ensuite, j’ai intégré le cursus franco-allemand Gouvernance Internationale et Européenne pour pouvoir m’engager pour l’échange culturel entre les deux pays. Depuis maintenant trois ans, j’étudie en alternance à l’Université de Münster et à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Lille avec comme spécialité Management des Institutions Culturelles.

Pendant mon stage au Goethe-Institut à Lille, je me suis beaucoup intéressée au cinéma allemand. Les archives cinématographiques de l’institut contiennent près de 600 œuvres majeures du cinéma allemand.

J’apprécie aussi bien les films allemands que français qui me font réfléchir à long terme. Cela se fait souvent par le biais d’une fin ouverte, une critique sociale, des émotions fortes, un mode de narration expérimental ou simplement par un style personnel et reconnaissable du réalisateur. C’est pour cette raison que je trouve les films de Tom Tykwer et de Xavier Dolan particulièrement intéressants. En tant que danseuse passionnée, je suis aussi intéressée par des documentaires de danse. Pour moi, Pina de Wim Wenders est un chef-d’œuvre tant il déborde de créativité.

Ariane Papillon

papillonA 22 ans, l’on peut dire que je nourris une passion dévorante pour le cinéma depuis une dizaine d’années. Après avoir passé un bac littéraire spécialité cinéma à Angers, j’ai poursuivi dans cette voie en faisant une classe préparatoire littéraire option cinéma à Rennes, ce qui m’a permis d’intégrer l’Ecole Normale Supérieure de Lyon… filière études cinématographiques !

Je suis donc avant tout une cinéphile, passionnée de l’analyse de films, de l’histoire et l’esthétique du cinéma. Néanmoins, j’ai aussi découvert le plaisir d’être derrière la caméra en réalisant deux courts métrages de fiction et deux courts documentaires. Mon expérience des films passe le plus souvent par le discours : j’ai été animatrice d’une émission de radio consacrée au cinéma, mais surtout, j’écris beaucoup. Cette pratique de l’écriture est autant universitaire que critique, j’ai en effet soutenu un mémoire de recherche sur les films évoquant la révolution tunisienne de 2011, tout en collaborant régulièrement à des blogs ou des revues comme Débordements ou Ces films à part.

En outre, je suis une habituée de l’immersion en festivals de cinéma. D’abord avec le Festival Premiers Plans d’Angers, puis Travelling à Rennes, et de grands festivals internationaux comme Cannes et Carthage.

Ma curiosité s’étant portée ces dernières années sur les pays arabophones, je suis heureuse de découvrir l’Allemagne, un pays d’Europe aux relations si étroites avec le mien. Je suis impatiente de confronter mon regard sur le cinéma français à ceux de jeunes cinéphiles allemands !

Sophie de Frenne

defrenne300x300Moi, Sophie, 19 ans, j’ai une grande passion pour les histoires. Lire, voir et écouter les histoires des gens mais aussi inventer et écrire mes propres histoires me fascine.

À 10 ans, passionnée par les livres que j´avais dévorés, j´ai commencé à écrire mes propres histoires. Beaucoup d’idées datant de mon enfance sont une source d’inspiration pour le roman que j´écris actuellement. L´année dernière j´ai rédigé mon premier scénario.

Pour moi, l´histoire est l’essentiel dans un film. Elle doit me toucher. De mon point de vue personnel, je pense que les meilleurs films sont ceux qui restent à l´esprit, des heures après avoir quitté le cinéma.

Bien sûr, ce n´est pas seulement l´histoire qui fait un bon film. C’est fascinant qu’un seul élément puisse faire la différence : la musique menaçante dans une scène qui a l´air tranquille ou le regard déçu d´un acteur.

Petite, j´ai découvert ma passion pour le théâtre. À 10 ans, j´ai décidé de rejoindre une troupe de théâtre. Actuellement, je joue toujours dans une troupe et je ne peux pas m’imaginer arrêter, tout comme l’écriture.

Grâce à mon grand intérêt pour le cinéma, j´ai commencé des études sur le cinéma et la télévision à Berlin avec pour thèmes principaux la conception et la régie. Entamant mon premier semestre d’études, je rêve de devenir scénariste, être responsable des repérages ou travailler dans une agence de casting.

Je suis très heureuse d´avoir la possibilité d´écrire pour die Französische Filmwoche Berlin, et tout particulièrement car, selon moi, les films français sont souvent très authentiques. De plus, je m´intéresse à la culture française.

Afin de mieux connaître la France et d’améliorer mes connaissances de la langue, j´ai passé trois mois à Compiègne en Seconde. Pendant mes études, j´espère aller en France pour avoir une meilleure connaissance de la culture et de la branche cinématographique françaises.

Magdalena Beyer

beyerJ’ai 24 ans et je vis depuis 6 ans à Berlin (que je quitte de temps à autres). Berlin représente pour moi une oasis culturelle qui outre ses bars hype et branchés, ses cafés et ses magasins (ses super librairies) possède de nombreux musées, galeries d’art, petits cinémas, théâtres et concerts, etc. qui m’ont séduite. Je consacre tout mon temps libre à ces activités lorsque je n’étudie pas la littérature comparée et l’histoire de l’art dans le cadre d’un master à l’Université de Potsdam. Par ailleurs, je gagne ma vie en travaillant pour un journal en ligne.

En été 2015, j’ai effectué un stage de quatre mois au sein du service de presse de la chaîne culturelle à Strasbourg. C’est grâce à cette période que je me suis prise de passion pour l’art de vivre à la française. J’ai pu en outre améliorer mes connaissances linguistiques. Je me réjouis d’autant plus de découvrir des films français pendant toute une semaine.

Quitterie Berchon

berchonAprès plusieurs séjours linguistiques, voyages et échanges scolaires en Allemagne puis un semestre Erasmus à la Fachhochschule de Cologne en Management des Institutions culturelles, j’ai décidé de m’engager pour un projet culturel franco-allemand. J’ai donc intégré l’association éducative ARIANA qui sensibilise les jeunes à l’engagement citoyen à travers l’art urbain (ateliers pédagogiques de Street Art) via notamment le projet MIX’ART France-Allemagne sur lequel j’ai eu l’occasion de travailler à Paris puis à Berlin.

Sensible aux multiples enjeux d’un dialogue interculturel et d’une diversité culturelle, j’ai ensuite réalisé une année de césure pour me familiariser avec le réseau culturel français à l’étranger d’abord à Berlin dans le cinéma puis à l’Institut français de Phnom Penh au Cambodge.

Si mon stage au Bureau du cinéma et des médias à Berlin s’est avéré une expérience professionnelle absolument enrichissante, c’était également l’occasion d’aller plusieurs fois par semaine (voire par jour !) au cinéma ; une habitude cinéphile que l’on prend très vite et que l’on garde très facilement. L’occasion aussi de découvrir la place, le rayonnement et l’image du patrimoine cinématographique français à l’étranger, de me familiariser avec le cinéma allemand, d’en découvrir et redécouvrir les classiques, et de mieux comprendre et cerner les rouages de la coopération audiovisuelle franco-allemande.

Raphaël Schmeller

schmellerJ’ai 22 ans et j’étudie en ce moment en quatrième année à Sciences Po Rennes et à la Katholische Universität Eichstätt-Ingolstadt au sein du cursus intégré franco-allemand. L’actualité politique et culturelle étant ma passion, je souhaite me lancer, après mes études, dans le journalisme. A ce titre, j’ai effectué, cette année, un stage au sein de la rédaction d’Aujourd’hui la Turquie à Istanbul. J’écris également régulièrement sur le Blog meinungsmache.org que j’ai lancé avec un ami de la fac il y a quelques mois.

Mon lien avec la France et l’Allemagne est quasi « naturel » puisque je suis franco-allemand et bilingue de naissance. J’ai grandi en France puis en Allemagne et j’ai passé ma scolarité dans une école allemande, dans laquelle j’ai obtenu mon Abitur. Avec mes études je continue donc mon parcours dans le domaine franco-allemand.

Depuis tout jeune j’aime le cinéma, Louis de Funès et ses drôles de grimaces, par exemple, ont accompagné et marqué mon enfance. Aujourd’hui, ma passion pour le cinéma résulte surtout de sa capacité à traiter de sujets de société de manière compréhensible et abordable. Des films, tels que Moi, Daniel Blake den Ken Loach, donnent une voix aux sans-voix et, par leur simplicité, nous touchent au plus profond de nous.

J’apprécie également beaucoup le cinéma allant dans l’autodérision et l’absurdité ; les frères Coen et Quentin Tarantino font ainsi parti de mes réalisateurs préférés.

Pour moi, la force du cinéma français réside dans sa diversité. Connu pour ses stars telles que Marion Cotillard ou Jean Dujardin, il s’illustre également par ses comédies et ses films plus expérimentaux comme ceux de Gaspar Noé.

Victoire Evrard

evrardJ’ai défini deux buts à mon existence.

Le premier, c’est de voyager. J’imagine que le voyage permet de côtoyer la diversité, sentir de nouvelles odeurs, admirer de nouveaux paysages, rencontrer de nouvelles personnes, comprendre de nouvelles idées, découvrir de nouvelles manières de vivre, élargir sa perception du monde… et enfin se rencontrer soi même.

« L’humanité s’installe dans la mono-culture ; elle s’apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat. » Claude Lévis-Strauss, Tristes Topiques

Alors je décide de raisonner les betteraves, et je voyage pour ne pas oublier tous les autres légumes ; ça peut être en Italie par un mois de mai, en dansant du contemporain, ou en roulant sur un vélo par un temps de pluie…

ça peut être en Angleterre, en cuisinant des formes comestibles tout en écoutant Pink Floyd… ça peut être sur le fil de l’horizon, en admirant un coquelicot et en aimant beaucoup. …ça peut être en lisant du Eric-Emmanuel Schmitt de droite à gauche tout en regardant du Michel Gondry.

Le deuxième, c’est de m’impliquer dans l’épanouissement des enfants, futurs auteurs et ou acteurs de notre monde.

« Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants ; mais peu d’entre elles s’en souviennent ». Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince

Alors il me plaît de jouer avec les enfants en tant qu’animatrice et il me plairait après mes études en sociologie de m’investir dans la recherche et l’application des pédagogies suivant les lois naturelles de l’enfant.

En attendant, je me hâte de découvrir l’Allemagne et les histoires poétiques, littéraires et cinématographiques qu’elle a à nous offrir.

Share with your friends









Submit